Comment être serein le jour de l’examen du permis de conduire ?

Bien que vous maîtrisiez bien le code de la route et que vous ayez pris le temps de bien vous entraîner, si vous vous laissez envahir par le stress le jour de l’examen pratique du permis de conduire, c’est votre réactivité et votre concentration qui en subiront les conséquences. Pour ne pas paniquer le jour J, voici des conseils de pros afin d’arriver détendu à l’épreuve pratique.

Se préparer mentalement avant l’épreuve

Afin de parvenir à être serein pendant l’examen de conduite, vous préparer mentalement est l’étape sur laquelle il ne faut pas faire l’impasse. Chaque jour, anticipez le déroulement de l’épreuve du code et le stress que vous ressentirez à cet instant pour parvenir à mieux le gérer durant l’examen.

Vous pouvez faire la méditation aussi. Dans ce cas, positionnez-vous confortablement dans un fauteuil, fermez vos yeux, écoutez la respiration en prenant conscience de l’inspiration et de l’expiration.

N’hésitez surtout pas à vous remémorer un souvenir paisible et bienveillant.
Dès que vous recevrez la convocation, prenez le temps de vous rendre au lieu de rendez-vous et faites le tour du quartier pour mémoriser les sens uniques, les axes principaux, les directions…

Bien évidemment, cela vous mettra en confiance. Mangez équilibré la veille de votre examen, en évitant le café, l’alcool et les desserts excessivement sucrés. Dormez-vous tôt et passez une excellente nuit de sommeil.

Se faire coacher par un professionnel

Si le stress est très important et que vous avez peur de perdre vos moyens, plusieurs coachs proposent de venir en aide aux candidats à l’examen du permis de conduire. Certaines personnes interviennent dans les auto-écoles directement, renseignez-vous afin de savoir si ce service peut vous être proposé.

D’autres personnes ont imaginé des services en ligne pour venir à bout des angoisses de candidats. C’est le cas de certains spécialistes de la gestion du stress. Ils vous donnent accès à des modules qui visent à mieux canaliser et comprendre votre stress. Il faudra aussi échanger avec un spécialiste et partager vos expériences avec les autres abonnés.

Garder le secret et conduire les jours précédant l’épreuve pratique

Prenez également vos distances face aux sollicitations de votre entourage. En voulant bien faire, votre famille et vos amis, peuvent vous mettre la pression. Vous pouvez gentiment leur demander de ne pas trop vous parler de votre permis. Vous pouvez aussi garder tout simplement le secret.

Selon certains moniteurs d’auto-école, le mieux est de ne pas dire aux autres que vous passez le permis de conduire. Lorsque vous avez votre date, évitez de faire connaître cette date à vos proches : comme ça, les gens ne vous mettront pas la pression. Vous serez plus heureux de leur faire la surprise de la bonne nouvelle, si tout se passe bien.

Si votre auto-école considère que vous êtes apte à passer le code du permis de conduire, il ne doit y avoir aucun problème. Comme le jour du bac, plus vous vous êtes préparé, plus vous vous sentez en confiance.
Le candidat qui maîtrisera sa voiture, qui n’aura fait aucune impasse sur des questions extérieures et intérieures de la voiture, qui aura pris des heures afin d’être à l’aise derrière le volant et aura rencontré un maximum de situations sur la route, se sentira certainement plus serein le jour J.

Conduisez les jours précédant votre examen, mais jamais le jour-même. La conduite, c’est avant tout beaucoup de pratique. Il n’existe pas de secret, pas de piège. Vous devez avoir conduit le plus possible un véhicule dans la semaine précédant la date de l’examen pour vous sentir bien en confiance.

Mais il est inutile de conduire le jour de l’examen du permis de conduire, à la moindre hésitation sur la voie, cela peut vous envoyer à cet examen dans des dispositions psychologiques inquiétantes.

Être imperturbable le jour de l’examen du permis de conduire

Une fois en route, restez imperturbable et concentré, même en cas d’erreur. Détendez-vous et respirez au maximum. Dans l’éventualité où vous feriez une erreur, tant que cette erreur n’est pas considérée comme éliminatoire, ne paniquez pas.

N’oubliez pas que vous ne devez pas céder à la panique mais gérer votre stress. En outre, durant tout le parcours, ne remettez pas en cause les consignes de votre examinateur. Tant que ces points sont respectés, vous vaincrez facilement le stress lors de l’examen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *