Steve McQueen et Le Mans : un succès, 50 ans après son tournage

La mythique course des 24 heures du Mans existe depuis plus de cent ans. La première édition de cette course a eu lieu en 1923. C’est un événement mondial qui attire chaque année près d’un demi-million de spectateurs. Le film documentaire que Steve McQueen a réalisé à ce sujet est devenu l’un des meilleurs films sur le sport automobile. Peu apprécié lors de sa sortie il y a 50 ans, le succès de cette réalisation est aujourd’hui incontestable.

Un scénario fidèle au circuit du Mans

Bien avant l’apparition de la bande dessinée Steve McQueen et le Mans, il y a d’abord eu le film que l’acteur a produit. À l’époque, en 1970, le film a coûté 6 millions de dollars. Une somme colossale qui n’a pas généré le succès que l’acteur a escompté. Sa passion pour le sport automobile n’a pas suffi à séduire les critiques qui n’ont pas été tendres envers le film.

D’ailleurs, le désastre de ce film aux allures de documentaire a considérablement écorné l’image de l’acteur. À cette époque, le film a même reçu les critiques des passionnés de course automobile. Le décor naturel du film n’a pas donné l’effet magique que recherchent tant les amateurs de film d’Hollywood. Mort en 1980 du haut de ses 50 ans, le chef-d’œuvre de Steve McQueen ne sera pris en considération que 50 ans après sa sortie.

 

 

 

Le Mans, une réplique de la réalité sur la piste

Loin d’être le film d’action attendu par tous les cinéphiles d’Hollywood, le film reflétait surtout la journée typique d’un pilote au Mans. À la place des musiques de fond, les spectateurs avaient le bruit des moteurs faisant les tours de piste sur 300 km/h. Les dialogues étaient remplacés par les sons de soupapes filant sur la ligne droite des Hunaudières.

D’ailleurs certaines scènes du film ont même étaient tourné lors des 24 heures du Mans. Aujourd’hui, ce film est l’un des documentaires les plus attrayants. Il relate les puissances de la Ferrari 512 et de la Porsche 917 qui sont conduites par de vrais pilotes de course.

En visionnant ce film, les cinéphiles pourront voir des séquences qui montrent le public lors d’une fête foraine mise en place au cours des 24 h du Mans. D’autres scènes montrent la messe en plein air du dimanche matin. Le film montre les attraits qui font de cet événement l’un des plus grands de l’époque.

Un film avec des scènes évolutives

Les extraits de la réalité des 24 heures du Mans démontrent les poussées d’adrénaline que vivent les pilotes, les spectateurs et toute l’équipe de la course. L’acteur a participé à la première partie du tournage en conduisant une 917.

Puis, il passe la main à un autre acteur. Les tournages du film recensent quelques-uns des meilleurs pilotes du monde courant les années 1970. Le scénario connait des modifications suite à un changement de producteur. SteveMcQueen a eu une divergence avec son précédent producteur John Sturges. Le récit de ce fameux film est repris plusieurs années plus tard à travers une bande dessinée. Le livre relate les exploits du film de SteveMcQueen au Mans.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *